Chroniques Point Zéro
 

Khamsès 5 et la terre du grand soleil troué (19)

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.06.18 | 12h00 Réagissez


Par paresse de l’Histoire, Khamsès est revenu, après d’interminables blocages qui ont conduit la population à ne pas lui avoir trouvé de remplaçant. Quand il fit son entrée par la porte Sud, des opposants se sont agenouillés et des chauffeurs de taxi lui ont embrassé ses pieds. Puis des affairistes, vendeurs d’enfants, loueurs de vaisselle et autres gérants de salles des fêtes l’ont porté sur leur dos jusqu’au Palais. Ainsi affalé sur la volonté populaire, Khamsès est arrivé sans aucune résistance jusqu’à son trône laissé vaquant par l’inertie et la fatalité.

Descendu, il a essuyé une poussière invisible de l’accoudoir et s’est assis pour prononcer son discours programme :

- Je vais construire des logements et des routes, subventionner le pain et le lait, dessaler l’eau de mer et même saler l’eau douce pour ceux qui aiment.

Le public a applaudi, mais le Pharaon a coupé l’engouement naissant d’un geste sec :
- Je termine. En dehors de toutes ces mesures, je déclare une amnistie fiscale, pénale, culturelle, sportive et sexuelle, j’efface les mémoires, je gracie mes opposants et pardonne en mon nom et en le vôtre à tous ceux qui ont commis des crimes et je vais même leur donner de l’argent pour qu’ils me pardonnent de leur avoir pardonné au nom des victimes.

Cette fois, la population est restée muette et Khamsès en a profité pour poursuivre :
- Avec l’argent de l’huile de pierre, j’encouragerais la corruption car celle-ci profite à l’investissement, les corrompus mettront leur argent volé ici. Bien sûr, ce sera votre argent, car la partie manquante sera prélevée vos impôts qui par ailleurs serviront à construire les routes et les logements et à subventionner le sucre et le jus d’orange. Je suis cohérent.

Les citoyens redevenus sujets, se sont regardés sans bien comprendre leur futur. Puis ils sont rentrés chez eux sans rien dire avec un sentiment de déjà vu. L’histoire est une boucle, comme le temps, cyclique, qui se mord la queue. Khamsès a fait un demi-tour et s’est mis à changer tout seul : «Gloire au Pharaon qui a inventé le serpent et la roue.»
… A suivre.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie