A la une Economie
 

Le Ministre turc de l’économie réagit à l’arrêt des importations de produits turcs

«Nous allons prendre des mesures pour résoudre le problème»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le ministre turc de l’Economie, Nihat Zeybekci
Le ministre turc de l’Economie, Nihat Zeybekci

La limitation par l’Algérie des opérations d’importation tous azimuts a fait réagir, hier, le ministre turc de l’Economie. Nihat Zeybekci a déclaré à la presse, rapporte l’agence Anadolu, que la Turquie prendra des mesures afin de résoudre le problème engendré par l’arrêt des importations en Algérie.

Les importations provenant de son pays ont particulièrement été affectées, dit-il, avec un moratoire portant sur pas moins de 24 produits turcs, dont les produits en plastique et alimentaires. «Si l’Algérie dispose de l’opportunité d’entrer dans le marché turc grâce à l’accord de libre-échange avec l’Union européenne, il n’en est pas de même pour la Turquie», regrette le ministre de l’Economie en notant que la Turquie n’est pas liée par un accord de libre-échange avec l’Algérie. «Nous espérons régler ce problème après des discussions avec l’UE», affirme-t-il.

Le responsable turc explique à ce titre que l’accord de l’union douanière prévoyant trois phases d’accès de la Turquie au marché commun de l’UE doit être révisé. «Nous avons demandé à ce que la Turquie puisse avoir ses propres accords avec les pays ayant signé des accords de libre-échange avec l’UE. Et nous avons la preuve que nous avons raison», estime M. Zeybekci.

Ce n’est pas la première fois que la Turquie, 7e client et 7e fournisseur de l’Algérie, émet le vœu de créer une zone de libre-échange avec notre pays afin de dynamiser les échanges commerciaux. Des échanges qui sont à un niveau appréciable avec 4,4 milliards de dollars et un investissement turc en Algérie de l’ordre de 1 milliard de dollars. Les importations en provenance de la Turquie et de la Chine représentent d’ailleurs une part très importante des intrants sur le marché algérien.
La décision de contingentement des importations prise depuis quelques mois n’est pas pour plaire aux importateurs algériens mais aussi à leurs partenaires étrangers.

L’Union européenne avait d’ailleurs exprimé ses réserves et des critiques sur le système des licences d’importation. Le Sénat français lui a emboîté le pas en relevant dans un rapport une «politique économique dominée par le repli sur soi». L’application du système des licences n’a pas eu un grand effet sur le bilan du commerce extérieur algérien pour les cinq premiers mois de l’année en cours. Un volume global des importations de 19,67 milliards de dollars a été enregistré de janvier à mai 2017, avec une très légère baisse de 0,98% par rapport à la même période de l’année dernière.
 

Sonatrach signe un accord avec deux sociétés turques

Sonatrach a signé lundi un mémorandum d’entente avec deux entreprises turques portant sur la mise en place d’une installation de déshydrogénation du propane en Turquie. Cet accord «comprend la conception, l’approvisionnement, la construction et l’exploitation de cette installation en Turquie», rapporte l’APS.

Le projet liant Sonatrach à Rönesans Endüstri et Bayegan vise «une production annuelle de 500 000 à 750 000 tonnes de polypropylène». «Il bénéficiera de la proximité du marché turc qui se caractérise par une forte demande en produits pétrochimiques et d’un débouché à long terme pour la gaz algérien».

Nadjia Bouaricha
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie