Pages hebdo Etudiant
 

L’avenir se construit avec ceux qui le vivront

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.01.18 | 12h00 Réagissez


Le projet fait rêver. Il séduit, intéresse et suscite l’engouement de plus en plus de monde. Qu’ils soient entrepreneurs, urbanistes, architectes, ingénieurs ou plus récemment étudiants des différents instituts de technologie ou des grandes écoles, ils ouvrent grand leurs oreilles. L’aura du projet «Alger Smart City» dépasse les frontières de l’Algérie.

En France, en Allemagne ou aux Etats-Unis, nombreux sont ceux qui s’y intéressent et s’informent sur le sujet. La frénésie du numérique gagne Alger et peut apporter la plus value dont la ville blanche a tant besoin. A court terme, le projet pourrait drainer des investissements étrangers et créer un réseau de start-up complémentaires et très compétitives.

Le concept de «ville intelligente» ne se résume point à une histoire de ville connectée, dotée d’un réseau de capteurs sans fil qui peuvent mesurer et récolter plusieurs paramètres intéressants pour une meilleure gestion de la ville. Il est un pas en avant pour l’amélioration de la qualité, de la performance et de l’interactivité des services urbains, la réduction des coûts et de la consommation de ressources et surtout l’accroissement des contacts entre les citoyens et les administrateurs.

Et c’est sur ce dernier point que le bât risque de blesser. Car une ville intelligente est avant tout une démocratie, une vision. Pour ce faire, Alger à l’instar des capitales du monde doit recouvrir le statut de mairie.

Un dirigeant élu et porteur de projet permettrait la participation des citoyens à la vie démocratique de la ville et l’identification commune des besoins. Il s’agit avant tout de trouver des solutions à leurs préoccupations. Or, en l’état actuel des choses, avec une administration imposée, déficiente, incompétente, bureaucratique et voire même méprisante, le concept de ville intelligente ne peut hélas se frayer un chemin tranquille.

Le risque d’imposer des solutions technologiques toutes faites, sans réfléchir à leur intégration dans l’environnement existant, mène à des «villes censurées». Loin de douter des bonnes intentions et du dynamisme du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, la réalité du terrain révèle l’étendue des entraves et les lourdeurs enregistrées dans l’exécution des programmes et leur assujettissement à des procédures lourdes et contraignantes.

Certains porteurs de projets ne cessent, en off, de nous faire part de l’arrogance de certains administrateurs et leur mépris envers une jeunesse dynamique, innovatrice et intelligente. Pourtant, dans la présentation du projet sur le site de la wilaya, l’appel lancé concerne tout le monde, les étudiants en premier lieu. Malheureusement, le décalage entre la volonté affichée et la réalité est grand. Un schisme énorme sépare les deux dynamiques. Quoi de plus logique en fait qu’un projet tel qu’«Alger Smart City», futuriste à souhait, soit mené par ceux qui vivront le futur.

Zouheir Aït Mouhoub
 

Etudiant : les autres articles

Qaada Science : Promouvoir la culture des sciences Réagissez

 

Journée mondiale de la diversité biologique : Rien ne semble être fait pour enraye l’érosion de la Biodiversité Réagissez

 

Jean-Pierre Quignard. Professeur à l’université de Montpellier : Les lagunes méditerranéennes ont une grande valeur écologique, sociale et économique Réagissez

 

Mohamed Hichem Kara. Professeur à l’université de Annaba : Le maintien de la biodiversité n’est possible que dans un environnement sain et équilibré Réagissez

 

Un ouvrage de 1500 pages du Pr. Mohamed Hichem Kara (Annaba) et du Pr Jean-Pierre Quignard (Montpellier) consacré à la biodiversité en Méditerranée Réagissez

 

Aviation Training school : Sortie de la première promotion de pilotes Réagissez

 

Abdelmadjid Fechkeur. Directeur de l’école Aviation Training School (ATS) : Nous avons pour ambition d’installer un campus à Tiaret Réagissez

 

Conférence internationale sur l’énergie, matériaux, énergétique appliquée et pollution ((ICEMEAP ) : Une mise à jour des développements technologiques Réagissez

 

Projet de développement et de rationalisation de la gestion des ressources humaines à l’université de Souk Ahras : Cinq ateliers pour pallier les lacunes administratives Réagissez

 

Belkacem Benzenine. Docteur en philosophie politique et chercheur au Crasc d’Oran : «Les libertés académiques sont menacées» Réagissez

 

Tous les articles

loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...