Pages hebdo Etudiant
 

Polytech : La culture oranaise, une affaire de tous

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.02.18 | 12h00 Réagissez

Oran et son architecture, ses intellectuels, ses arts et sa culture urbaine et culinaire est au cœur du «Festival de la culture oranaise», organisé hier à Polytech, par CreatiVum. L’événement, porté par des étudiants et des enseignants, a connu un véritable engouement pour sa première édition.

Le Festival de la culture oranaise, Polytech 2018, s’est ouvert, hier, avec une série d’événements, organisés par CreatiVum, «un laboratoire d’idées pluridisciplinaires, ouvert à toutes et à tous, qui rassemble étudiants, enseignants, administrateurs et techniciens de tous les établissements», selon ses fondateurs.

Le festival s’est déroulé toute la journée, en accueillant des étudiants, des enseignants, etc. à travers des expositions, des conférences, des pauses musicales et du théâtre, afin de montrer les différentes facettes historiques et culturelles d’Oran.

Les organisateurs du Festival de la culture oranaise ont inscrit cet événement  dans une dynamique initiée par le CreatiVum, agitateur d’idées positives, créatives et pluridisciplinaires. Porté par des enseignants, étudiants, administrateurs, techniciens, etc. ses membres se retrouvent chaque semaine autour de débats, d’ateliers et de conférences, pour pouvoir partager et étudier des questions qui vont de la notion de succès à l’intelligence artificielle, en passant par l’économie et la crise financière.

Conscients qu’Oran est une ville ouverte et dynamique, les organisateurs ne manquent pas d’impliquer les étudiants venus des autres wilayas pour enrichir les débats. La vie à Oran est en constante évolution, grâce aux importants projets développés ici et là. Ainsi, l’activité de la société civile est tout aussi dynamique, puisqu’elle s’organise autour des jeunes et de la promotion de la ville oranaise.

C’est pour cette raison que CreatiVum tente d’ouvrir le débat et son champ d’action à travers ses membres, qui œuvrent pour l’innovation, la diversité des débats et le partage. Aujourd’hui, les étudiants ne se contentent plus des clubs universitaires, ils s’engagent et prennent part aux révolutions silencieuses. Une manière de reconstruire leur  citoyenneté. Les étudiants s’impliquent et organisent leur vie lors de leur cursus.

A l’exemple des étudiants de l’Ecole nationale polytechnique d’Oran et leurs enseignants. «L’étudiant est le cœur battant d’une ville… et pas que les étudiants ! Toute la famille universitaire doit s’impliquer», affirme un membre de CreatiVum «Avoir conscience de sa ville en tant qu’étudiant doit être la mission d’un établissement d’enseignement supérieur digne de ce nom. Et notre pays, comme notre ville n’ont jamais eu autant besoin de citoyens éclairés et engagés dans l’amélioration de la vie de tous», conclut-il.

Faten Hayed
 

Etudiant : les autres articles

Qaada Science : Promouvoir la culture des sciences Réagissez

 

Journée mondiale de la diversité biologique : Rien ne semble être fait pour enraye l’érosion de la Biodiversité Réagissez

 

Jean-Pierre Quignard. Professeur à l’université de Montpellier : Les lagunes méditerranéennes ont une grande valeur écologique, sociale et économique Réagissez

 

Mohamed Hichem Kara. Professeur à l’université de Annaba : Le maintien de la biodiversité n’est possible que dans un environnement sain et équilibré Réagissez

 

Un ouvrage de 1500 pages du Pr. Mohamed Hichem Kara (Annaba) et du Pr Jean-Pierre Quignard (Montpellier) consacré à la biodiversité en Méditerranée Réagissez

 

Aviation Training school : Sortie de la première promotion de pilotes Réagissez

 

Abdelmadjid Fechkeur. Directeur de l’école Aviation Training School (ATS) : Nous avons pour ambition d’installer un campus à Tiaret Réagissez

 

Conférence internationale sur l’énergie, matériaux, énergétique appliquée et pollution ((ICEMEAP ) : Une mise à jour des développements technologiques Réagissez

 

Projet de développement et de rationalisation de la gestion des ressources humaines à l’université de Souk Ahras : Cinq ateliers pour pallier les lacunes administratives Réagissez

 

Belkacem Benzenine. Docteur en philosophie politique et chercheur au Crasc d’Oran : «Les libertés académiques sont menacées» Réagissez

 

Tous les articles

loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...