Pages hebdo France-actu
 

A l’Institut du Monde Arabe (IMA)

Voix de femmes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.03.18 | 12h00 Réagissez

Voix de femmes


La aïta, art coquin et mutin  (8 mars)

La aïta est née dans le Maroc rural du XIXe siècle. Cet art populaire, à la surprenante liberté de ton, longtemps méprisé, suscite de nos jours un regain d’intérêt. Il sera servi par Khadija Margoum, qui en porte le renouveau, et Khadija El Bidaouia, qui incarne l’aspect contemporain du marsaoui, la variante «portuaire» de la aïta.

Hommage à Warda, avec Mazzika (10 mars)

En coproduction avec Sauvage Production

Le groupe Mazzika et la chanteuse marocaine Sanaa Moulali revisiteront les plus grands titres du répertoire de Warda Al Jazairia (1940-2012), dernière légende d’une époque fastueuse…

En plus de cinquante années de carrière entrecoupées de retraits, la dernière grande diva arabe a interprété près de 300 chansons et vendu quelque vingt millions d’albums et cassettes à travers le monde.

Journée de solidarité avec les femmes syriennes (11 mars)

Resté très longtemps sujet tabou, le viol des femmes dans les prisons syriennes vient seulement d’être publiquement dénoncé par des victimes à qui Manon Loizeau et Annick Cojean ont donné la parole dans leur film documentaire, Le Cri étouffé.

Suite à une pétition signée par près de 100 000 personnes, un appel sera lancé à une journée de solidarité avec les femmes syriennes victimes des violences sexuelles.

Programme de la journée

15h45 - 17h15 - Table ronde «Le viol, une arme de destruction», modérée par Catherine Coquio, professeur à l’université Paris 7, responsable du groupe de recherches littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique

Intervenants :

• Mariah Al Abdeh, directrice exécutive de l’ONG syrienne Women Now for Développement
• Eric Sandlarz, psychologue clinicien-psychanalyste au Centre Primo Levi
• Joël Hubrecht, chercheur associé à l’Institut des Hautes études sur la justice
• Nina Walch, coordinatrice, crises et conflits armés à Amnesty International
Lecture de témoignages par Dominique Blanc, Darina Al Joundi et Leyla Claire Rabih
 
17h15 - 17h30 - Interlude musical par Naïssam Jalal et Mohanad Aljaramani
17h30 - Projection du film Le Cri étouffé en présence de Manon Loizeau et d’Annick Coajean.

*La Palestine, de fil en aiguille (7 mars -20h)

Un film de Carol Mansour
Douze Palestiniennes aux itinéraires très différents recomposent la toile de leur lutte en évoquant... la broderie, cet art qui a survécu à l’occupation.

*Al Atlal, chant pour ma mère (9 mars)

Interprété par Norah Krief accompagnée par Antonin Fresson, Lucien Zerrad et Mohanad Aljaramani.
S’articulant autour d’ Al Atlal (Les ruines), la chanson la plus célèbre et sans doute la plus poignante du répertoire d’Oum Kaltsoum, une création de Norah Krief chantée et parlée. L’artiste s’y adresse à sa mère et, par extension, à l’exil qui peut être indirectement éprouvé par chaque enfant d’immigrés.
 

Le calvaire des migrantes

Les femmes sont de plus en plus présentes dans les flux migratoires, de même que les enfants. Alors qu’en 2015, 70% des personnes qui se déplaçaient étaient des hommes, les femmes et les enfants représentent en 2017 près de 60% des migrants qui tentent de gagner l’Europe. Nombre de ces femmes et de ces filles fuient des pays d’origine où elles ont subi des persécutions, des violences sexuelles ou des violences liées à la guerre.

Le parcours migratoire les met également à rude épreuve : durant les trajets vers les rives de la Méditerranée, comme dans les camps de Libye, les migrants sont souvent battus, soumis à la torture, quand ils ne sont pas vendus comme esclaves. Les femmes qui voyagent seules ou avec des enfants, les femmes enceintes ou allaitantes, les adolescentes et les femmes âgées sont les plus menacées, de même que les enfants.

Quelques chiffres

En France, tous les 3 jours une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint ; 52% des femmes sont victimes de harcèlement sexuel au cours de leur vie ; 20% des femmes sont victimes de harcèlement sexuel au travail  ; 82% des employeurs n’ont pas mis en place de plan de prévention ; 82% des salariés à temps partiel en France sont des femmes ; 70% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont des femmes ; 60% des travailleurs pauvres dans le monde sont des femmes ; 60% des travailleuses dans le monde n’ont pas le droit au congé maternité.

«EtMaintenantOn Agit»

En résonance avec l’affaire Weinstein aux Etats-Unis, plusieurs comédiennes françaises, dont Julie Gayet et Vanessa Paradis, ont lancé la campagne «Aujourd’hui, on rassemble EtMaintenantOnAgit». En soutien à cette initiative, le gratin du cinéma français, réuni vendredi 2 février, salle Pleyel à Paris, était invité à arborer un ruban blanc.

Julie Gayet, actrice et productrice, a expliqué, vendredi sur franceinfo : «C’est un appel aux dons pour donner des moyens aux associations sur le terrain… qui accompagnent, encadrent, prennent le temps d’écouter, d’aider les victimes de violences.»

 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie