Pages hebdo Magazine
 

Consulat d’Algérie à Montréal

Portes ouvertes pour les enfants de la diaspora au Canada

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.06.18 | 12h00 Réagissez

Le consulat d’Algérie à Montréal ouvrira ses portes le 30 juin courant aux enfants de la diaspora algérienne au Canada.

Lors de cette journée, les enfants de 8 à 14 ans pourront circuler librement de l’autre côté des guichets, qui resteront ouverts au public pendant la visite guidée. Des simulations et des jeux de rôles seront proposés aux enfants.

«L’idée est de donner l’occasion à nos ressortissants, même si on a d’abord commencé par les enfants, de voir comment fonctionne un consulat et de leur permettre ainsi de se faire une idée qui soit plus proche de la réalité», explique Abdelghani Cheriaf, consul général d’Algérie à Montréal. «Cela participe aussi de notre volonté de faire en sorte que nos compatriotes, dont les enfants, préservent un lien avec le pays», ajoute-t-il. Lors de la première journée portes ouvertes organisée en mars dernier, l’engouement a été tel que les inscriptions ont été clôturées au bout de quatre jours (on prévoit trente enfants et un maximum de deux adultes accompagnateurs par jeune). 

Par ailleurs, à l’occasion du 56e anniversaire de l’indépendance, le consulat a organisé un concours sur l’histoire de l’Algérie qui prendra fin ce vendredi. Composé de cinquante questions portant sur la période allant de la préhistoire à l’indépendance, il est destiné aux enfants algériens du Canada âgés de 8 à 18 ans. «Les réponses seront vérifiées par un jury spécialisé et les prix seront remis aux heureux lauréats lors d’une cérémonie qui sera organisée à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance nationale», affirme-t-on.

On ne connaît pas encore la nature des cadeaux, mais le consulat a sollicité Air Algérie et Air Canada, entre autres, pour le sponsoring. Les questions ne sont pas à la portée du premier venu. «J’ai trouvé l’idée bonne J’allais proposer cela à mon fils de 14 ans. Même moi j’ai eu du mal à répondre à toutes les questions sans aller vérifier mes réponses sur internet. Ce n’est pas un concours destiné aux jeunes, c’est une préparation à un examen universitaire.

On ne peut pas, d’une part, dire que les jeunes ne s’intéressent pas à l’histoire, et leur proposer un supplice en guise de concours», commente le journaliste Amine Esseghir, installé à Montréal depuis quelques années. «C’est fait exprès. Le but est de susciter des discussions entre les enfants et leurs parents», explique le vice-consul, Mohamed-Réda Boulassel, qui est en charge du concours.

Samir Ben
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie