Régions Centre Tipaza
 

Cherchell :Des arrêtés de démolition pas du tout exécutés.

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.01.18 | 15h17 Réagissez

Finalement les récentes instructions et les mises en garde du wali de Tipasa relatives à l’exécution des arrêtés de démolition des constructions illicites ne sont que paroles en l’air, quand on se réfère aux déclarations du « P/APC de Cherchell » lors de son passage, le jeudi dernier à une émission de la radio locale animée par Assia Ayad.

« Notre commune n’a pas les engins depuis 02 années pour exécuter les arrêtés de démolitions des constructions illicites dit-il, les entreprises refusent d’utiliser leurs engins pour les démolir », précise-t-il. Que fait-on des réquisitions en cas de force majeure ? Sa réponse claire ne colle pas aux orientations de Ghellaï Moussa, le Chef de l’Exécutif de la wilaya. Le tissu urbain est totalement défiguré par la complicité des responsables locaux et l’arrogance des constructeurs des habitations illicites dont certaines avaient été transformées en locaux de commerce.

Du jamais vu, en raison de l’ampleur du fléau. Que faut-il attendre quand « l’élu » a toujours vécu dans l’opacité ? Les années 90 auront été une aubaine pour des personnes qui avaient constitué des fortunes dans l’extraction illégale du sable des plages de la commune de Cherchell, notamment Tizirine, Oued-Bellah et même El-Hamdania.

Les petites entreprises complices de l’APC qui s’étaient accaparées d’un nombre effarant des marchés de la commune durant le dernier mandat, de surcroit qui se chiffrent à plusieurs milliards, lui refusent sa demande quand il s’agit d’exécuter des décisions de justice. Ces mêmes « opérateurs » se frottent les mains à l’aube de son second mandat.

A l’issue de cette déclaration de « l’élu » sur les ondes de la radio locale, c’est un appel indirect qui est lancé à ceux qui violent les lois de la République, ne respectent pas les décisions de la justice et enfin se fichent allègrement des instructions du wali. « Le problème des constructions illicites est national », rappelle-t-il pour se dédouaner.

Dans l’après-midi de cette même journée, une personne âgée est écrasée par un camion en plein centre urbain de Cherchell. L’éclairage de la principale artère de la ville est inexistant. Très nombreux quartiers n’échappent pas à l’obscurité. La localité vit un scénario cauchemardesque qu’il est difficile à évaluer, car son état a atteint un degré déliquescent.

L’ère de l’illégalité s’est installée. Mais où sont-ils les représentants des institutions de l’Etat censés faire respecter l’ordre et la transparence, dans la gestion des affaires publiques locales ?   

 

                                                                                                             

M’Hamed H
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie