Régions Est Constantine
 

Université Constantine 1

De l’agitation littéraire à Souk Okad

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.04.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le stand du troc a eu un franc succès
Le stand du troc a eu un franc succès

Les «clients» du Souk avaient l’embarras du choix entre conférences, ateliers d’écriture et concours de dictée géante.

Souk Okad à la fac ! Ce sont deux journées d’agitation culturelle, et littéraire surtout. Le concept de la djahiliya a été transposé, dimanche et lundi, pour animer allègrement le bloc des lettres. Pendant que Meissa Bey signait avec succès ses romans dans le grand hall du bloc, les stands dressés pour l’occasion étaient chargés par les curieux et de jeunes étudiants, ces mêmes étudiants accrochés par les différents thèmes : troc de vieux livres, expositions de dessins et de peintures d’amateurs et néanmoins talentueux, des photographies d’Armand Vial, et tout un stand consacré à la BD. Un vrai succès celui-là. Dans les salles de cours et les amphis, les «clients» du souk avaient l’embarras du choix, entre conférences, ateliers d’écriture et concours de dictée géante.

Le premier jour, la professeure, Yasmina Cherrada, a disserté sur le thème : «Les langues en Algérie… de l’Antiquité à nos jours». Simultanément, la jeune enseignante, Amina Benelhadj, provoquait à partir du Cadavre exquis de Breton, un brainstorming délirant en salle 46, où avait lieu l’atelier d’écriture littéraire. Fatah Mertani, l’un des organisateurs des journées, se démenait pour coordonner l’organisation avec l’initiatrice de l’événement, Souheila Hedid.

Cette dernière nous révèle que l’idée est née en 2014 pour créer une manifestation sur le principe du Souk Okad, ce marché ayant existé sur la péninsule Arabique durant la période antéislamique, et où avaient lieu des joutes d’éloquence et d’improvisation entre poètes de la djahiliya. Ce sont de jeunes enseignants du département de lettres et langue française de l’université Constantine 1 qui ont initié et organisé cette manifestation originale.

Si la première journée a remporté un franc succès, la deuxième a brillé aussi grâce aux activités diverses et parfois perlées par des présences remarquables. C’est le cas pour le spectacle du conteur Fayçal Belattar, lauréat, le 23 mars dernier, du prix «Le Tremplin des conteurs» du Festival de contes de Neuchâtel «Les Jobelins», en Suisse. Autre friandise au menu, le spectacle de présentation des contes et proverbes africains, animé cette fois par des étudiants du Mali.

La professeure, Nedjma Benachour, a animé, quant à elle, une conférence dédiée à son sujet de doctorat d’Etat : «Ville et écriture littéraire». Pari réussi pour Souheila Hedid et ses collègues. Cette première édition de Souk Okad a tenu toutes ses promesses, et malgré quelques erreurs minuscules d’organisation, l’événement a montré un potentiel significatif capable de l’inscrire dans la durée. A l’année prochaine ! 

N. N.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie