Régions Kabylie Bejaia
 

Grand militant de la cause amazighe

Inauguration de la stèle de Masin Uharun à Akbou

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.05.18 | 12h00 Réagissez

Le grand militant berbériste Mohamed Haroun (Masin U Harun) (1949-1996), aura sa stèle à son effigie.

La cérémonie d’inauguration aura lieu aujourd’hui à Akbou (Béjaïa), sa région d’origine. Lancé en 2014 à l’initiative du collectif des associations culturelles d’Akbou et des organisations des moudjahidine (ONM) et des enfants de chouhada (ONEC), le projet devait être concrétisé depuis au moins quatre ans, mais faute de budget et d’un site, l’érection de la stèle a été retardée. «Il a fallu des démarches avec l’administration locale pour avoir la placette (en face de l’hôpital, ndlr).

D’ailleurs, l’APC d’Akbou s’est chargée de l’aménagement de l’espace», signale Akli Outamazirt, membre très actif de l’association Etoile culturelle d’Akbou (AECA), qui a pris à bras-le-corps le projet.

«C’est une initiative du collectif des associations culturelles d’Akbou auxquelles notre APC a apporté son soutien. Le projet a été inscrit en 2017. Des travaux d’aménagement ont concerné la placette en face de l’hôpital qui accueillera la stèle. Il y aura donc la baptisation de l’endroit et l’inauguration de la stèle», indique Mouloud Salhi, le président de l’APC d’Akbou. La réalisation de la statue confiée au jeune sculpteur Aftis Hamid montre un homme à la crinière bien fournie, une main serrant un livre et l’autre tenant le revers de son costume. «J’ai voulu d’une statue flamboyante et expressive. J’ai opté pour la technique académique la plus proche possible du réalisme.

C’est une forme d’expression la plus adaptée pour notre société», détaille l’artiste, qui a à son actif d’autres réalisations, comme la statuette de Si Muhand Umhand. Né le 13 avril 1949 à Tifrit (Akbou), Masin U Harun, comme l’ap-pelleront ses compagnons, est  fils de chahid. Militant de la cause amazighe au lycée et à l’université, il était impliqué dans l’opération de dépôt de bombes dans des édifices publics.

Condamné a perpétuité le 2 mars 1976 par le tribunal militaire de Médéa, il sera transféré à Tazoult-Lambèse à Batna où il purgea 11 ans de prison jusqu’en 1987. L’ayant connu à sa sortie de prison, Iraten Nacer garde de lui le souvenir d’un homme altruiste. «Il était l’un des membres fondateurs de l’ONEC, au premier congrès de Béjaïa, en 1989.

C’est un homme qui a beaucoup souffert, mais qui a toujours payé de sa personne, malgré l’ingratitude des siens», raconte le membre du bureau national de l’ONEC. Un programme riche a été concocté. Après un rassemblement à partir de 9h sur la placette Colonel Amirouche à Akbou, les participants se recueilleront sur la tombe du militant dans son village, Tifrit. L’inauguration est prévue à 10h30, avec des prises de parole de la famille, de compagnons du militant (Cheradi Hocine, Cherifi Ahcène et Metref Ramdane), ainsi que du président de l’APC, détaille Outamazirt.

Une conférence de Saïd Chemakh sous le titre «Combat pour l’amazighité, quelle perspective, quelle avancée ?», un gala artistique et une projection de film seront aussi organisés ce soir.

La cérémonie, à laquelle seront présents, nous annonce le président de l’APC, des proches de Masin U Harun, ses compagnons et les autorités locales, permettra d’«honorer un militant, originaire de notre région, mais qui reste un Algérien, un nationaliste et un universaliste».

Nadir Iddir
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie